FANDOM



La Coupe du Monde de Quidditch de 2014  Angl.  2014 Quidditch World Cup ) est la quatre cent vingt-septième Coupe du Monde de Quidditch.

Composition des équipesModifier

DéroulementModifier

Cérémonie d'ouvertureModifier

La cérémonie débute le 12 avril par un spectacle de présentation des mascottes des différentes équipes venues prendre part à la compétition et a lieu autour d'un lac artificiel installé là quelques semaines plus tôt pour accueillir le Dukuwaqa qui sert de mascotte aux Fidji. L'ouverture du spectacle est donnée par des génies de rivière venus de Côte d'Ivoire qui organisent une danse à la surface du lac. La cérémonie se passe bien, jusqu'à ce que la délégation norvégienne arrive et demande aux organisateurs de réserver une partie du lac pour leur mascotte, un Selma. Les organisateurs, surpris que les norvégiens ne soient pas venus avec leur habituelle troupe de trolls, acceptent, les deux créatures sont lâchées dans le lac à partir de deux chutes d'eau cristalline et il faut peu de temps avant que les deux monstres des mers ne commencent à se battre. Les gardiens fidjien et norvégien plongent alors immédiatement dans le lac pour essayer de maîtriser leurs mascottes respectives mais sont attaqués par les Curupiras brésiliens, des protecteurs de la nature, qui craignent que les deux humains ne tentent de faire du mal aux créatures. La panique envahit rapidement le stade et le sang commence à couler aussi bien du côté des humains que de celui des animaux, ce qui excite les Sasabonsams nigérians qui se mettent à leur tour à attaquer les spectateurs et les organisateurs. Dans le même temps, les rumeurs selon lesquelles l'équipe d'Haïti aurait amené des Inferi comme mascottes sont confirmées.[11]

Une fois la situation à nouveau sous contrôle, le bilan fait état de trois cents blessés en état de choc, un chiffre record pour une simple cérémonie d'ouverture.[11]

Premier tourModifier

Norvège - Côte d'IvoireModifier

Le match a lieu le 13 avril, le lendemain de la cérémonie d'ouverture. À plusieurs reprises, des maléfices sont lancés à l'encontre du poursuiveur norvégien Lars Lundekvam, et le match doit être interrompu deux fois pour trouver l'origine de ces lancers de sorts. La poursuiveuse ivoirienne Elodie Dembélé, quant à elle, a marqué sept des dix buts de son équipe. Le match s'est terminé à la cent vingt-huitième minute lorsque l'attrapeuse norvégienne Sigrid Kristoffersen a devancé Sylvian Boigny dans la capture du Vif d'or, pour un score finale de 340 contre 100 en faveur de la Norvège.[6]

Nigéria - FidjiModifier

Le match a lieu le 14 mai, un mois après le match d'ouverture. Pendant la première heure de jeu, les poursuiveurs fidjiens ne parviennent qu'à marquer un seul but en raison de l'efficacité des batteurs nigérians Aliko Okoye et Mercy Ojukwu, tandis que le Nigéria ira en marquer un total de quarante. À la cent quarante-et-unième minute, l'attrapeur Joseph Snuka décide de capturer le Vif d'or alors que son équipe est menée de 390 points. Déjà considéré comme un égoïste par ses coéquipiers, cet acte de Snuka n'améliora pas sa réputation. Le manager et entraîneur de l'équipe des Fidji, Hector Bolobolo, ne fit qu'un seul commentaire à son sujet : « Je vais le tuer ».[10]

Brésil - HaïtiModifier

Le match a lieu le 15 mai. Lors des quatre heures de jeu que durent le match, la gardienne haïtienne Lenelle Paraison réussit à bloquer vingt des trente tentatives de buts des poursuiveurs adverses pendant que son coéquipier Clairvius Hyppolite inscrit huit des neufs buts marqués par Haïti. Par deux fois, le nez de Paraison est cassé, dont une fois par un Cognard malencontreusement dirigé sur elle par l'un des batteurs de son équipe, Jean-Baptiste Bloncourt. À la fin du match, le batteur Bloncourt commet un nouveau impair en envoyant un Cognard sur l'attrapeur de son équipe, Sylvian Jolicoeur, qui n'est alors qu'à deux doigts de capturer le Vif d'or. Le Cognard assome Jolicoeur et le Vif remonte la manche de Bloncourt qui finit par le sortir de ses sous-vêtements et le brandir triomphalement, oubliant complètement l'une des règles les plus élémentaires du Quidditch qui stipule qu'aucun autre joueur que l'attrapeur n'a le droit de capturer le Vif d'or, ce qui entraîne la disqualification immédiate d'Haïti.[12]

États-Unis - JamaïqueModifier

Le match a lieu le 16 mai. Peu de temps avant que l'attrapeur américain Darius Smackhammer ne s'empare du Vif d'or sous le nez de son homologue jamaïcaine Shanice Higgins à la cinquante-deuxième minute de jeu et que le poursuiveur américain Quentin Kowalski ne marque le neuvième but de son équipe, la gardienne jamaïcaine Kquewanda Bailey s'effondre de son balai mais sa chute est arrêtée à temps par un Arresto Momentum de l'arbitre. L'évanouissement concorde si bien avec les événements du match que les autorités décident de voir si des spectateurs ont pu agir pour provoquer la victoire des États-Unis et toutes les Multiplettes du stade sont analysées dans l'idée de trouver des preuves.[7] Dans la journée, l'enquête arrive à la conclusion que l'attrapeuse jamaïcaine souffrait d'une infection suite à une morsure de l'un des Sasabonsams amenés à la cérémonie d'ouverture. Le score du match est officiellement confirmé à 240 pour les États-Unis contre 230 pour la Jamaïque.[21]

Liechtenstein - TchadModifier

Le match débute le 17 mai. Au bout d'onze heures de jeu, le Vif d'or a failli être capturé à trois reprises et le poursuiveur liechtensteinois Willi Wenzel - qui a reçu deux Cognards dans la tête - a réussi l'exploit de marquer un but à une distance de cinquante-cinq mètres. Le match est arrêté mis en pause au bout de ces onze heures avec un score de 140 contre 120 en faveur du Tchad.[15]

Le match reprend le lendemain mais les joueurs commencent à montrer les signes d'une grande fatigue et il fallut cinq minutes à l'attrapeur tchadien Jacques Miskine pour remarquer que le Vif d'or planait au-dessus de son sourcil gauche, mais il fut toutefois tellement lent à réagir que le Vif d'or réussit à s'échapper. Quelques rumeurs prétendent que le poursuiveur liechtensteinois Otmar Frick est littéralement tombé de sommeil sur son balai peu de temps avant la nouvelle pause. Au soir du 18 mai, le score passe en faveur du Liechtenstein avec 260 contre 250.[16]

Le match se conclut le troisième jour de jeu quand l'attrapeur du Liechtenstein Bruno Bruunhart se saisit du Vif d'or, à seulement quelques centimètres de la main de son adversaire. Les joueurs descendent à terre et s'étreignent en versant quelques larmes de soulagement, le score final est à 470 contre 330 pour le Liechtenstein.[17]

Bulgarie - Nouvelle-ZélandeModifier

Le match a lieu le 20 mai. À la cent sixième minute de jeu, les poursuiveurs Dennis Moon et Bogomil Levski entrent en collision en plein ciel. Bien que le choc semble accidentel pour les spectateurs, l'arbitre Georgios Xenakis qui est mieux placé que les spectateurs estime que le choc a été volontairement provoqué par Moon et l'expulse. Viktor Krum attrape finalement le Vif d'or à la cent trente-quatrième minute de jeu. Le match se termine à 410 contre 170 en faveur de la Bulgarie.[19]

Japon - PologneModifier

Le match a lieu le 21 mai. L'attrapeur polonais Wladyslaw Wolfke manque de peu le Vif d'or au début du match, et celui-ci est attrapé par Noriko Sato à la cinquante-neuvième minute de jeu. Le match se finit par un score de 350 pour le Japon contre 140 pour la Pologne.[14]

Pays de Galles - AllemagneModifier

Le match a lieu le 22 mai. Pendant le match, l'attrapeur allemand Thorsten Pfeffer exécute une feinte de Wronski pour tenter de feinter son homologue gallois, mais ne parvient pas à se redresser à temps et s'écrase au sol à environ quatre-vingt-quinze kilomètres par heure. Les soigneurs arrivent rapidement sur le terrain pour administrer du Poussos à Pfeffer. L'attrapeur gallois Eurig Cadwallader s'empare du Vif d'or onze minutes après l'évacuation de Pfeffer et conclut le match avec un score de 330 à 100, la victoire revenant au Pays de Galles.[1]

Quarts de finaleModifier

Brésil - Pays de GallesModifier

Le match a lieu le 4 juin, deux semaines après le dernier match des premiers tours. Au début du match, Gwenog Jones, la manager du Pays de Galles, se fait refuser l'entrée du stade parce qu'elle porte un T-shirt avec l'inscription « CELA AURAIT DÛ ÊTRE HAÏTI ». Le temps de se changer, Gwenog rate les dix premières minutes du match qui sont marquées par un jeu sans pitié et trois fautes d'une grande brutalité. On notera par exemple l'envoi brutal d'un Cognard par le batteur gallois Iefan Rice sur le gardien adverse Raul Almeida alors que le Souafle se trouvait de l'autre côté du terrain à ce moment-là qui fit bénéficier le Brésil d'un penalty alors que Rice aurait dû être expulsé. La, poursuiveuse Jackie Jernigan, quant à elle, marque l'un des buts les plus spectaculaires du tournoi en marquant un but à une distance de quarante-cinq mètres et on estime que le batteur Darren Floyd est parvenu a empêché dix-sept tentatives de buts de la part de l'équipe brésilienne. Le Vif d'or est attrapé par Tony Silva à la cent trente-et-unième minute de jeu après un plongeon spectaculaire, le score final étant de 460 pour le Brésil contre 300. Le match se termine dans une bagarre générale au cours de laquelle la manager Jones se fait évacuer du terrain par ses propres batteurs après avoir mis à exécution ses menaces « d'ensorceler la tronche » de l'entraîneur brésilien José Barboza.[5]

Bulgarie - NorvègeModifier

Le match a lieu le 6 juin. Le bulgare Nikola Vassileva marque deux buts dès le début du jeu mais la Norvège égalise vite grâce à Lars Lundekvam. Le match se termine rapidement et de manière abrupte lorsque Viktor Krum fait une soudaine descendante qui ne semble être qu'une simple manœuvre d'évitement d'un Cognard, avant de retomber avant le point levé dans lequel il serre le Vif d'or, attrapé à la quarante-deuxième minute de jeu seulement, pour un score finale de 170 pour la Bulgarie et 20 pour la Norvège. Effarée, l'attrapeuse norvégienne Sigrid Kristoffersen se pose immédiatement pour se cogner la tête par terre à plusieurs reprises, dépitée d'avoir tournée la tête à ce moment-là, jusqu'à ce que le gardien Karl Wang vienne la relever. De nombreux fans jettent irationnellement la responsabilité de cette malchance sur leur mascotte, un Selma, qui avait provoqué un bain de sang lors de la cérémonie d'ouverture.[4]

États-Unis - LiechtensteinModifier

Le match a lieu le 8 juin. Le match est serré dès les premières minutes du jeu, la possession du Souafle étant égale entre les deux équipes. Le poursuiveur américain Quentin Kowalski est applaudit par les commentateurs pour ses cabrioles adroites et l'idole du Liechtenstein Otmar Frick marque un total de seize buts pour son équipe. Le match se termine à 450 pour les États-Unis contre 290 pour le Liechtenstein à la cent quarante-huitième minute quand l'attrapeur américain Darius Smackhammer attrape le Vif d'or, qui planait à côté de la cheville du liechtensteinois Willi Wenzel, en se jetant à travers le tir croisé de deux Cognards et en manquant de se heurtoirs à Wenzel. Les supporters américains se montrent très enjoués par cette victoire inespérée et monte une fête digne d'une finale, à tel point que les étincelles rouges, blanches et bleues qui ont envahi le ciel ont rendu la visibilité quasi nulle et l'air pratiquement irrespirable.[22]

Japon - NigériaModifier

Le match a lieu le 10 juin. Les batteurs des deux équipes ont fait preuve d'une précision et d'une créativité exemplaire dans l'utilisation des Cognards. Le coup le plus notable est celui du japonais Masaki Hongo qui a envoyé un Cognard briser le bout du balai de l'attrapeur adverse Samuel Equiano, ce qui lui a fait perdre le contrôle de son balai. Pendant qu'Equiano tentait de reprendre le contrôle avec l'aide de ses coéquipiers, Noriko Sato en a profité pour capturer le Vif d'or à la soixante-troisième minute, concluant le match à 270 contre 100 en faveur du Japon.[20]

Demi-finalesModifier

États-Unis - BrésilModifier

Le match a lieu le 4 juillet, trois semaines et demie après le dernier match des quarts de finale. Tous les joueurs se montrent particulièrement nerveux durant ce match où les États-Unis, normalement peu doués en Quidditch, arrivent en demi-finale, comme le Brésil qui accumulait les contre-performances depuis 1982. La poursuiveuse américaine Mercy Wardwell a notamment lâcher le Souafle à cinq reprises et s'est mise à se cogner la tête par frustration contre le manche de son balai avant que l'attrapeur de son équipe Darius Smackhammer ne vienne l'arrêter. Fernando Diaz et Alejandra Alonso, deux excellents joueurs brésiliens, ont eux aussi cédé à la pression en laissant filer le Souafle à deux reprises. Plusieurs tirs manqués de Cognards ont aussi blessé les coéquipiers des batteurs stressés, on notera le moment où Lucas Picquery a envoyé un Cognard à la figure de la gardienne Susan Blancheflower à la quatrième heure de jeu - celle-ci a sauté sur le balai de Picquery pour s'expliquer avec lui, ce dont le Brésil a profité pour marquer un but pendant que l'arbitre donnait un avertissement à Blancheflower. Quentin Kowalski a marqué deux nouveaux buts à la tombée de la nuit.[8] Le match se poursuit avec acharnement jusqu'au lendemain matin. À la vingtième heure de jeu, Darius Smackhammer repère le Vif d'or et les deux attrapeurs se lancent à sa poursuite, glissants de leurs balais et tombant au sol sans que le public n'ait eu le temps de voir qui était le premier a l'avoir attrapé. Il apparaît rapidement que Tony Silva a été le plus rapide, et le plus se termine sur un score de 420 pour le Brésil et 310 pour les États-Unis.[23]

Bulgarie - JaponModifier

Le match a lieu le 6 juillet. En huit heures de jeu, les japonais marquent suffisamment de buts pour mener par 250 points d'écart. Les bulgares rattrapent progressivement leur retard et un retournement de situation a lieu à la dixième heure : l'attrapeur Krum exécute une magnifique feinte en plein vol, faisant croire à son adversaire qu'il ne faisait qu'éviter un Cognard, et attrape le Vif d'or avant que les autres joueurs n'aient le temps de comprendre quoi que ce soit. Le match se termine ainsi par une victoire de la Bulgarie à 610 contre 460.[13]

Match pour la troisième placeModifier

Le match a lieu le 9 juillet. Le match se révèle violent et sanglant pour plusieurs joueurs, dont la poursuiveuse américaine Arsenia Gonzales qui reçoit deux Cognard en pleine figure à la trente-quatrième minute. La gardienne américaine Susan Blancheflower montre une nouvelle fois ses capacités en bloquant dix-huit tentatives de buts et Noriko Sato effectue l'un des plongeons les plus spectaculaires du tournoi, passant en trombe entre deux Cognards et plusieurs poursuiveurs pour s'emparer du Vif d'or qui s'était placé sous le talon de Mercy Wardwell, le jeu se terminant a 330 contre 120 en faveur du Japon. De retour au sol, les joueurs se donnent des accolades chaleureuses dans une belle démonstration d'esprit sportif et les japonais offrent à équipe américaine un poussin Hoo-hoo.[9]

FinaleModifier

La finale débute dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, précédée par un court spectacle des mascottes de l'équipe - des Curupiras pour le Brésil et des Vélanes pour la Bulgarie - en guise de cérémonie d'ouverture.[2]

Le Brésil prend possession du Souafle dès le début du match mais la défense astucieuse des batteurs Draganov Vulchanov empêche les poursuiveurs adverses de marquer un premier but. Bogomil Levski saisit une opportunité pour se saisir du Souafle, file à toute vitesse vers les buts mais est frappé à la gorge par un Cognard et lâche la balle qui est aussitôt rattrapée par Gonçalo Flores, qui finit par marquer le premier but du match à la trente-septième minute de jeu. Dragonov et Bulchanov reviennent immédiatement sur leur position pour empêcher le Brésil de marquer un second but, mais la Bulgarie à ce moment de la partie trop oriente trop son jeu sur la défense, ce qui se solde par une nouvelle parte du Souafle cette fois par Stoyanka Grozda. Levski parvient finalement a percer la défense brésilienne pour marquer et égaliser le score à 10-10. Le Brésil enchaîne avec deux autres buts de Flores et un de Fernando Diaz, le score passant à 40-10. Le Vif d'or est repéré pour la première fois près des anneaux brésiliens à la cent troisième minute après un but d'Alejandra Alonso et un autre de Nikola Vassileva. Krum et Silva s'élancent aussitôt à sa poursuite mais la balle dorée s'envole vers le ciel et les deux attrapeurs semblent être trop aveuglés par le soleil argentin pour la poursuivre. À deux heures du jeu, Diaz allonge l'avance du Brésil de deux nouveaux buts et la tête de Krum est heurtée par la batte de Rafael Santos - le jeu est mis en pause pour que l'arbitre Herman Junker puisse voir les images au ralenti et déterminer s'il y a eu faute. La conclusion est que le choc a été accidentel et Krum annonce qu'il est prêt à reprendre la partie, et le match repart. À la cent cinquante-neuvième minute, les deux attrapeurs montent soudain en flèche, Silva ayant un mètre d'avance sur Krum mais se fait peu à peu rattrapé. Krum le devance et attrape le Vif d'or à la cent soixante-cinquième minute pour un score de 170 à 60, signant la victoire de la Bulgarie à la Coupe du Monde de Quidditch.[2]

Résumé des scoresModifier

Premiers tours Quarts de finale Demi-finales Finale
 
CMQ 2014 - Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire 100
CMQ 2014 - Norvège Norvège 340
CMQ 2014 - Norvège Norvège 20
CMQ 2014 - Bulgarie Bulgarie 170
CMQ 2014 - Bulgarie Bulgarie 410
CMQ 2014 - Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 170
CMQ 2014 - Bulgarie Bulgarie 610
CMQ 2014 - Japon Japon 460
CMQ 2014 - Japon Japon 350
CMQ 2014 - Pologne Pologne 140
CMQ 2014 - Japon Japon 270
CMQ 2014 - Nigéria Nigéria 100
CMQ 2014 - Fidji Fidji 160
CMQ 2014 - Nigéria Nigéria 400
CMQ 2014 - Bulgarie Bulgarie 170
CMQ 2014 - Brésil Brésil 60
CMQ 2014 - Jamaïque Jamaïque 230
CMQ 2014 - États-Unis États-Unis 240
CMQ 2014 - États-Unis États-Unis 450
CMQ 2014 - Liechtenstein Liechtenstein 290
CMQ 2014 - Tchad Tchad 330
CMQ 2014 - Liechtenstein Liechtenstein 470
CMQ 2014 - États-Unis États-Unis 310
CMQ 2014 - Brésil Brésil 420
CMQ 2014 - Brésil Brésil 100
CMQ 2014 - Haïti Haïti DQ*
CMQ 2014 - Brésil Brésil 460
CMQ 2014 - Pays de Galles Pays de Galles 300
CMQ 2014 - Allemagne Allemagne 100
CMQ 2014 - Pays de Galles Pays de Galles 330
*Disqualifié (90 points + capture illégale du Vif d'or)

StatistiquesModifier

Équipe Nombre moyen de buts inscrits par match Temps moyen de capture du Vif d'or Pourcentage de supporters[24]
CMQ 2014 - Allemagne Allemagne 10 - 9,2 %
CMQ 2014 - Brésil Brésil 18,5 499 minutes 7,8 %
CMQ 2014 - Bulgarie Bulgarie 19 235 minutes 12,1 %
CMQ 2014 - Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire 10 - 0,6 %
CMQ 2014 - États-Unis États-Unis 23,3 100 minutes 27,1 %
CMQ 2014 - Fidji Fidji 16 - 0,7 %
CMQ 2014 - Haïti Haïti 9 - 0,6 %
CMQ 2014 - Jamaïque Jamaïque 23 - 1,4 %
CMQ 2014 - Japon Japon 26 61 minutes 4,8 %
CMQ 2014 - Liechtenstein Liechtenstein 30,5 1650 minutes environ 1,5 %
CMQ 2014 - Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 17 - 7,4 %
CMQ 2014 - Nigéria Nigéria 17,5 141 minutes 0,7 %
CMQ 2014 - Norvège Norvège 10,5 128 minutes 7,9 %
CMQ 2014 - Pays de Galles Pays de Galles 24 Plus de 11 minutes 13,5 %
CMQ 2014 - Pologne Pologne 14 - 4,4 %
CMQ 2014 - Tchad Tchad 33 - 0,2 %

ApparitionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Pottermore, Gazette du sorcier : Pays de Galles - Allemagne
  2. 2,00, 2,01, 2,02, 2,03, 2,04, 2,05, 2,06, 2,07, 2,08, 2,09, 2,10, 2,11, 2,12, 2,13, 2,14, 2,15 et 2,16 Pottermore, Gazette du sorcier : Finale
  3. 3,0, 3,1, 3,2, 3,3, 3,4 et 3,5 Pottermore, Gazette du sorcier : Pronostics de Ludo Verpey
  4. 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3 Pottermore, Gazette du sorcier : Bulgarie - Norvège
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4 et 5,5 Pottermore, Gazette du sorcier : Brésil - Pays de Galles
  6. 6,0, 6,1, 6,2, 6,3 et 6,4 Pottermore, Gazette du sorcier : Norvège - Côte d'Ivoire
  7. 7,0, 7,1, 7,2, 7,3 et 7,4 Pottermore, Gazette du sorcier : États-Unis - Jamaïque
  8. 8,0, 8,1, 8,2 et 8,3 Pottermore, Gazette du sorcier : États-Unis - Brésil
  9. 9,0, 9,1 et 9,2 Pottermore, Gazette du sorcier : Match pour la troisième place
  10. 10,0, 10,1, 10,2, 10,3, 10,4, 10,5, 10,6 et 10,7 Pottermore, Gazette du sorcier : Nigéria - Fidji
  11. 11,0, 11,1, 11,2, 11,3, 11,4 et 11,5 Pottermore, Gazette du sorcier : Cérémonie d'ouverture
  12. 12,0, 12,1, 12,2, 12,3 et 12,4 Pottermore, Gazette du sorcier : Brésil - Haïti
  13. 13,0, 13,1, 13,2 et 13,3 Pottermore, Gazette du sorcier : Bulgarie - Japon
  14. 14,0, 14,1, 14,2, 14,3 et 14,4 Pottermore, Gazette du sorcier : Japon - Pologne
  15. 15,0 et 15,1 Pottermore, Gazette du sorcier : Liechtenstein - Tchad
  16. 16,0, 16,1 et 16,2 Pottermore, Gazette du sorcier : Liechtenstein - Tchad (suite)
  17. 17,0 et 17,1 Pottermore, Gazette du sorcier : Liechtenstein - Tchad (fin)
  18. 18,0 et 18,1 Pottermore, Gazette du sorcier : Mascotte kidnappée
  19. 19,0, 19,1 et 19,2 Pottermore, Gazette du sorcier : Bulgarie - Nouvelle-Zélande
  20. 20,0 et 20,1 Pottermore, Gazette du sorcier : Japon - Nigéria
  21. 21,0 et 21,1 Pottermore, Gazette du sorcier : États-Unis - Jamaïque (fin)
  22. Pottermore, Gazette du sorcier : États-Unis - Liechtenstein
  23. Pottermore, Gazette du sorcier : États-Unis - Brésil (fin)
  24. Sondage effectué par Pottermore Insider (voir cette image).

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard